le carnet voyageur

image d'une masseria, ferme typique sud-italienne 0

Trois heures… pour lancer un projet sur les fermes d’Irpinia !

Ils sont fous ces italiens ! La semaine dernière, je contacte l’architecte A.V. et lui demande si l’on peut se voir pour parler de ma thèse et d’un projet (dont nous avions vaguement dessiné les contours en mai) de recensement et perspectives de réutilisation des ‘masserie’, des fermes typiques du sud de l’Italie. Il ne répond pas de suite, mais mardi (avant-hier), me contacte et m’invite à venir à son bureau jeudi (aujourd’hui) pour faire un « programme opératoire ». C’est ce qui s’appelle ne pas perdre de temps… et ainsi fut la suite également. 17h21, je passe la porte de la somptueuse maison (et son panorama à couper le souffle). A.V m’offre quelques revues qui traînent dans son bureau, puis nous nous installons autour d’une table et nous exprimons nos intentions quant à ce que pourrait être ce projet « Masserie in Irpinia ». A.V. fait partie d’un groupe de personnes qui chaque année organise l’événement « Recupera/Riabita », une ou deux journées d’études sur la revitalisation des ‘petits villages’ et la valorisation du patrimoine. Il suggère que j’aide à l’organisation de la prochaine journée, que l’on pourrait en partie thématiser sur les ‘masserie’. 17h10 : nous listons les possibles personnes et associations susceptibles d’être intéressées par...

0

Un workshop au village : l’occupation temporaire par l’événement

Grottaminarda, 8-14 Mai 2017. Le premier article de ce blog racontait le déroulement d’un workshop d’architecture à Grottaminarda, dans la Province d’Avellino, auquel j’ai pris part au début du mois de mai avec des étudiants de Licence 3 de l’Université de Naples. J’avais annoncé un second article sur cet événement, le voici !  Ce fut quelque peu déroutant, pour cette quarantaine d’étudiants napolitains, habitués à l’agitation constante de leur ville, de se retrouver une semaine dans ce village d’environ 8000 habitants. Nous avons cependant occupé les lieux, nous avons « habité » Grottaminarda et son château pendant une semaine, et le dimanche, au moment de reprendre le bus depuis la place Padre Pio, nous avions tout de même l’impression d’avoir su prendre nos marques ici. Le château accueille ordinairement une collection de pièces archéologiques, sous forme d’un petit musée, et plusieurs salles pour l’organisation de réunions ou d’événements comme des expositions temporaires, la fête des mères etc. Avec une cinquantaine de personnes à l’intérieur, l’organisation des lieux fut tout à fait différente. A part dans une salle, les collections avaient été déplacées au rez-de-chaussée, afin que les cinq pièces de l’étage puissent nous servir d’ateliers. Le jardin, était le lieu privilégié pour s’isoler...

0

Déclarations d’amour pour le territoire … citations issues des entretiens.

J’ai terminé de retranscrire les divers entretiens que j’ai réalisé lors de la première période de terrain… et certains paroles sont tellement jolies et enthousiastes que j’ai eu envie de les partager avec vous et de les illustrer avec quelques photos inédites…           Photos prises à : Ariano Irpino, Taurasi, Castelvetere-sul-Calore et Aquilonia.      

Le grand hall de l'ExFadda, avec ses canapés bleus et sa bulle suspendue. 0

Quand bottom-up et top-down se rencontrent … l’Ex Fadda de San Vito dei Normanni (Br) !

8 et 9 juin 2017. – De Naples, je me suis rendue le 8 juin près de Brindisi, dans les Pouilles, pour visiter l’ExFadda, un ancien bâtiment de stockage et de production viticole, qui après avoir été abandonné pendant des décennies, connaît depuis quelques années une nouvelle vie ; il est en effet devenu un centre culturel polyfonctionnel, un lieu central de la petite ville de San Vito dei Normanni. De part et d’autre du grand hall central, des portes s’ouvrent et se ferment. A gauche, le laboratoire de photographie ; à droite, l’école de musique qui chaque semaine accueille plus de deux-cents élèves (la commune compte 20 000 habitants). Un peu plus loin, sur le côté, se déroule une formation en artisanat, et plusieurs élèves s’initient à la couture. Si vous devez patienter, attendre quelqu’un, de confortables canapés sont disposés au centre de la pièce, rendant tout de suite cet espace accueillant. Dehors, un groupe de personnes construit un four en terre crue, au milieu d’un jardin d’herbes aromatiques. Les tables du restaurant social attendent sagement le service du soir ; le bar s’anime de quelques personnes cherchant un rafraichissement en cette chaude après-midi de mai. Voilà le portrait. L’Ex Fadda, depuis deux...

Le Dôme construit durant Cairano 7x 0

Cairano, la culture comme moteur de développement.

  Visite de Cairano, le 29 et 30 mai 2017. L’arrivée à Cairano est déjà un spectacle en soi. Depuis la SS7dir, route nationale, le village surgit sur son promontoire, au loin derrière le lac artificiel de Conza et ses quelques maisons en partie immergées dans l’eau. Puis lorsque s’amorce la montée vers le village, on a le choix entre un raccourci très raide ou une route sinueuse en pente plus douce ; on ne voit plus le village parce qu’on se trouve juste en-dessous, on devine simplement sa présence. J’ai passé un jour et une nuit dans ce village, car il n’était pas possible de faire l’aller-retour en un jour depuis Naples ; et les bus d’ailleurs ne vont pas jusqu’à Cairano, j’ai donc du compter sur la complicité de mon hôte et d’une des personnes que je rencontrais pour venir me chercher à Conza della Campania et m’amener ensuite, le jour suivant à Lioni reprendre le bus. Depuis deux ans, des travaux ne cessent de transformer le visage de ce village de 200 habitants, qui autrefois en comptait dix fois plus. On parle d’un « borgo biologico » – village biologique ? Il s’agit d’un projet d’envergure, qui restaure et transforme la partie...

plan de Bisaccia, décomposé en deux parties. 0

Bisaccia et Aquilonia, entre mémoires et reconstruction

J’ai participé le dimanche 28 mai dernier à une visite organisé par le Touring Club Italien intitulée : « Le long de l’Appia : de Bisaccia à Aquilonia », et qui m’a offert la possibilité de découvrir ses deux villages de la Haute Irpinia, difficilement accessibles par les transports en commun. Il me semblait important de me rendre à un tel événement car bien que la visite ne soit pas explicitement orientée sur mes thèmes de recherche, une connaissance transversale et générale du contexte historique du territoire est nécessaire à tout chercheur sur le terrain. Bisaccia se décompose en deux parties, qui se font face de part et d’autre du pont. Nous avons visité la partie ancienne, qui comporte l’essentiel des « monuments ». La cathédrale a subi diverses destructions au cours des siècles, si bien qu’il fut décidé, après les séismes de 1694 et 1732, de la reconstruire ailleurs, aux pieds du château, où la terre offrait une meilleure stabilité. On essaya toutefois de réintégrer tous les objets qui avaient pu être récupérés, du baptistère au portail en pierre. Nous avons également visité le Couvent Saint Antoine de Padoue, avec sa terrasse donnant sur le paysage des Pouilles, avec le Mont Vulture (volcan désormais éteint) ;...

0

Promenade « engagée » pour l’avenir de l’Irpinia – Estate in Irpinia 2017

  « Estate in Irpinia » (trad: Été en Irpinia) est un événement organisé par l’association Info Irpinia, pour la troisième année consécutive. Tout au long de l’été, une fois par mois, il est proposé à tous les curieux de venir découvrir ou redécouvrir le territoire de l’Irpinia. Pour la première étape 2017, l’événement a été couplé avec la « 10ème journée des chemins de fer (non) oubliés » et l’association In Loco Motivi ; et a réuni plus de 150 personnes, soit deux bus au départ d’Avellino et quelques groupes venus en voiture. Ce fut une surprise pour moi de voir un tel engouement pour cet événement, dans ce territoire que beaucoup qualifie comme « désert » ou « abandonné » ! La matinée devait être consacrée à parcourir une partie de l’Avellino-Rocchetta, la ligne de chemin de fer désaffectée depuis 2010, qui avait soigneusement été nettoyée entre la station Sanzano-Occhino et Morra-Teora par des bénévoles. Malheureusement, la pluie s’est mêlée à la fête, et nous avons été contraint de changer nos plans. Nous avons donc visité, à la place, le Sanctuaire de San Gerardo Maiella, protecteur des mères et des enfants, à Materdomini. Toutefois, cela n’a pas entamé la bonne humeur des participants et, après le repas de midi,...

0

La reconversion d’un bien confisqué à la mafia : le Maglificio « Cento Quindici Passi »

Je me suis rendue aujourd’hui à Quindici (AV), pour visiter le « Maglificio Cento Quindici Passi », avec des membres de la coopérative sociale Oasi Project qui s’occupe de la gestion de ce bien public. La loi n°109/06 énonce que les biens confisqués doivent être confiés à des associations, coopératives ou collectivités territoriales, et réutilisés à des finalités sociales, de manière à les restituer à la communauté par le biais de services, de création d’emploi et de promotion sociale. Dans beaucoup de cas, les biens sont transformés en bibliothèques, centres sociaux ou culturels. Le « maglificio » est le premier exemple de bien confisqué à la mafia reconverti dans un but social en une activité artisanale en Italie. Le terme « Maglificio » peut être traduit par « bonneterie » (c’est ce que nous dit Mr. Reverso), soit une petite entreprise textile, qui réalise notamment des écharpes et des pulls. L’objectif était de créer de l’emploi dans cette commune qui atteint un taux de chômage de 20%, car en luttant contre le chômage, on peut redonner « dignité » au territoire ; l’un des principes de la coopérative Oasi Project. Le nom « Cento Quindici Passi » est un jeu de mot. I Cento Passi est en effet le nom d’un film de...

Image d'une maison, abandonnée, avec un tas de pierre devant sur lequel est posé la pancarte indiquant la rue 'Via Cancello" 0

Workshop intense en terre irpine !

  Workshop « Une nouvelle centralité pour le Borgo della Fratta » Grottaminarda, 8-14 Mai 2017.   Ce workshop est né d’un partenariat entre le Département d’Architecture (DIARC) de l’Université Federico II de Naples et la commune de Grottaminarda, grâce notamment à l’impulsion de la Prof. Adelina Picone, enseignant-chercheur dans cette université et résidente de Grottaminarda. Grottaminarda est une commune d’environ 8000 habitants, en Province d’Avellino, dans le Sud de l’Italie. C’est une petite ville qui a une position plutôt centrale sur le territoire,  car elle est le point de correspondance de nombreuses lignes de bus, notamment pour les directions de Rome, Naples, Bari. Elle ne connaît pas de situation de « dépeuplement », et un coup d’œil à la carte du bâti existant révèle qu’au contraire, il est possible de constater une certaine fragmentation de l’habitat le long des axes principaux sortant de la commune. Toutefois, une partie du bourg ancien, le quartier « della fratta » – de la grotte, pourrait-on dire, en français – est totalement à l’abandon, et le parc le long de la rivière séparant ce bourg du plus récent quartier de construction privé « Parco Sciarappa » est devenu une épaisse forêt difficilement accessible. En effet, le Borgo della Fratta...

Gesualdo, vue sur le paysage depuis Via Roma 1

Bienvenue sur le Carnet Voyageur

Le carnet est en cours de création, départ sur le terrain le 8 mai.  Il sera normalement opérationnel et régulièrement mis à jour à partir de cette date. Le projet de ce carnet de terrain naît d’une volonté de communiquer autour du travail quotidien des chercheurs. L’objectif est alors de relater les différents travaux, les rencontres qui seront effectués sur le terrain. De plus, tenir un carnet de bord est aussi un exercice de rigueur pour le chercheur ! Cela m’incitera donc à établir des compte-rendus précis, sans délai, à chaque retour de terrain. Sur ce carnet, vous trouverez donc des articles fréquents relatant les réalités du travail de terrain d’une doctorante en architecture et sciences territoriales. Les terrains d’études sont situés en Irpinia (Italie du Sud), et en France (différents Parcs Naturels Régionaux) Je vais y rencontrer des acteurs de terrain, visiter et observer des lieux avec un regard critique, et bien d’autres choses encore insoupçonnées à ce stade de mes travaux. Je vous souhaite une bonne lecture !