MOULINAGE DE CHIROLS | la roue tourne !

le moulinage de Chirols (à droite de la rivière)
le Moulinage de Chirols (à droite de la rivière) – photographie personnelle, 2018.

Si l’Ardèche vous évoque une destination touristique prisée des amateurs de nature, ou encore un territoire peuplés de babacools depuis les années 1970, savez-vous que ce département a aussi une grande histoire industrielle, liée à la fabrication textile, à la soie en particulier ? Le Moulinage de Chirols en est un témoin emblématique ! Endormi depuis plusieurs décennies, il se réveille progressivement grâce à un projet collectif d’habitat et d’activités !

La petite histoire du bâtiment

Le moulinage abritait, à partir du milieu du XIXe siècle, des équipements permettant de réaliser la torsion des fils, à l’aide de l’énergie hydraulique – une étape intermédiaire de la production textile qui se situe entre la filature et le tissage. Il emploie à l’époque et tout au long du XXe siècle beaucoup d’hommes mais surtout de femmes, parfois encore adolescentes, qui vivent et travaillent sur place. Avec l’arrivée de la mécanisation, l’ensemble des locaux est progressivement dédié à la production. La concurrence étrangère conduit l’activité à décliner et le moulinage ferme ses portes en 2006. Dès les années 1980, un écomusée est créé dans le bâtiment à l’entrée du site, dont la commune est propriétaire et qui abritait auparavant les appartements de la famille du directeur. Il existe encore aujourd’hui et expose l’histoire des lieux et les mémoires d’ouvrières.

l’une des machines conservées à l’Ecomusée du Moulinage – photographie personnelle, 2018.

Les débuts d’un nouveau projet

Au début des années 2010, plusieurs artistes et architectes, attirés par ce vaste bâtiment à l’abandon, s’associent pour imaginer un projet de reconversion du bâtiment. Les premiers souhaitent y dédier des espaces pour les représentations de cirque et de théâtre, les seconds envisagent un pôle de formation à la construction écologique. Le bâtiment est si grand (plus de 4000m2) qu’il peut accueillir les deux programmes, et même plus ! Le groupe s’élargit petit à petit, des personnes aux profils variés rejoignent le projet : des familles souhaitant résider au moulinage, d’autres artistes et architectes, des artisans en quête de nouveaux locaux. Une association loi 1901 est créée en 2015 et naît alors officiellement le collectif pour le moulinage de Chirols, qui deviendra coopérative en 2018. Tous partagent l’envie d’habiter autrement : en limitant son impact sur l’environnement, en mutualisant certains espaces et services, en partageant des moments de convivialité et de solidarité au quotidien.

la cour du moulinage
la cour du Moulinage – photographie personnelle, 2018.

Le programme envisagé mêle activités économiques et habitat. Conformément au projet initial, il s’agit de profiter des volumes généreux de certains ateliers afin de créer une salle de spectacle de 200 places ainsi que des espaces de formation dédiées aux activités artistiques (musique, théâtre, etc.), ainsi qu’à la construction écologique. De plus, le site accueillera des ateliers pour des artisans et des espaces de coworking.  19 logements seront aménagés pour les différentes familles composant le collectif, avec certains services mutualisés (buanderie, épicerie etc.) ; il y aura aussi une trentaine de lits pour des résidents temporaires, invités ou participants aux sessions de formation et résidences artistiques. 

Trop beau pour être vrai ?

Ce projet pourrait paraître une belle utopie… pourtant c’est bien vrai, il va se réaliser ! Depuis 2015, le collectif se réunit un weekend par mois pour travailler au montage du projet sur ses aspects juridiques, financiers, architecturaux, administratifs. Après bien des péripéties pour obtenir les clés du bâtiment, en 2019, ils deviennent propriétaires du moulinage. Ils se supportent tous encore, la motivation est toujours là. Après avoir fait chauffer les cerveaux pendant plusieurs longues années, il est temps de mettre, enfin, la main à la pâte !

le Moulinage de Chirols, détail de façade – photographie personnelle, 2018.

Au cours de l’année 2019, les travaux avancent rapidement. Pose de fenêtres neuves, mise en place de l’eau chaude, et aménagement de premiers espaces de vie collective : un foyer, une cuisine, un dortoir pour les membres du collectif et les bénévoles venant travailler au chantier – oui car les travaux sont faits en auto-construction et toutes les personnes intéressées pour donner un coup de main sont les bienvenues ! Certains membres du collectif se sont même installés dans des caravanes dans la cour du moulinage pour être au plus près du chantier. Plusieurs événements culturels (concerts, projections de films) ont également eu lieu, amorçant déjà l’ouverture de ce lieu de vie vers son territoire !

Envie d’en savoir plus ?

Vous pouvez suivre la suite de l’aventure grâce à leur page facebook, ou encore sur le site internet du collectif.

Cette chouette vidéo raconte bien mieux que moi l’aventure, en laissant parler les principaux acteurs. Celle-ci n’est pas mal non plus.

Le projet a même été illustré par une illustratrice ici.

vue de loin, le moulinage est au fond de la vallée de la Fontaulière, entourée de montagnes boisées
le Moulinage dans son écrin de verdure – photographie personnelle, 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.