CAFE DENAT | agir tous ensemble pour sauver l’auberge du village

LIEU : Saint-Jean-de-Couz, Savoie, France.
DATE : 2010-2014
ARCHITECTE : Dar Jhil (APS seulement)
USAGE : restaurant

L’entrée du Café.

L’Auberge Denat est le dernier commerce du village de Saint-Jean, situé dans le Parc Naturel Régional de la Chartreuse le long de l’axe Chambéry-Voiron. Lorsque sa patronne – définie par les interviewés comme “un patrimoine à elle seule”, décède il y a plusieurs années, le maire et son équipe municipale décident de tout mettre en oeuvre pour que l’activité continue. Dans un premier temps, cela consiste à racheter le bâtiment et à ouvrir le bar, à tour de rôle, le week-end, afin de ne pas perdre la licence IV (licence d’exploitation autorisant la vente d’alcool expirant après 3 ans d’inactivité).

Pour compléter les moments d’ouverture du bar de l’Auberge par l’équipe municipale, une association culturelle locale “Instinct’Taf” est invitée à venir organiser dans les lieux une soirée-spectacle par mois. Naissent alors les Jeudis de Saint-Jean. Ils rencontrent un franc succès, si bien que la petite salle du bar devient étroite. La commune décide d’abattre un mur, puis un second, afin de permettre aux soirées de se dérouler de façon plus confortable.

La salle du café Denat - photo personnelle, 2018.
La salle du café Denat – photo personnelle, 2018.

Salle du Café Denat, avant travaux – photo Dar Jhil, 2010..

En parallèle, l’architecte Gennaro D’Ambrosio, de l’agence Dar Jhil située à Pont-de-Beauvoisin, travaille alors pour la commune pour des travaux sur l’école et la mairie ; le maire de l’époque lui demande conseil pour l’Auberge Denat et l’architecte émet une proposition, une sorte d’avant-projet. L’équipe municipale réalise ensuite les travaux en auto-construction, au fil de leur disponibilité et de la disponibilité financière. Ils ne suivront pas, au final, la proposition dessinée par Dar Jhil.

En 2014, un couple devient locataire du tout nouveau Café Denat et l’activité de restauration peut reprendre. Elle accueille dès lors tous les midis une clientèle de travailleurs provenant d’un rayon d’une trentaine de kilomètres. Pari réussi pour la commune qui a réussi à sauver son dernier commerce !

Carte postale de Saint-Jean-de-Couz – l’hôtel Denat comme emblème ?

Quelques éléments de réflexion …

Depuis la réouverture du Café, l’association a du cesser les Jeudis de Saint-Jean, ou du moins a perdu le lieu d’accueil. La manifestation a été reconduite mais dans un village voisin. On aurait pu penser qu’après avoir eu un rôle important dans la “survie” de l’auberge, l’association puisse trouver une place dans le nouveau projet.

De plus, parmi la clientèle, pas ou très peu d’habitants du village. Ceux-ci, pendulaires, ne fréquentent pas le Café et sortent plutôt à Chambéry, comme me l’a expliqué le gérant des lieux. Un dernier petit commerce sauvé, mais dont l’activité semble totalement déconnectée de la vie du village… Ici, on est très loin du cas de figures présentant le dernier petit commerce comme un lieu de rencontres, de sociabilité au sein du village, un point-relais pour les personnes âgées isolées, etc.

PS : On y mange très bien, une cuisine familiale, vous pouvez vous y arrêter sereinement si vous êtes dans le coin !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.