Des mas et des paysages, bilan d’une expérience collaborative

vieille ferme carrée avec des tours aux angles,
Casone di Montevaccaro, photographie personnelle, 2018.

Alors que je débarquais en octobre 2017 (déjà deux ans !) en Irpinia pour y passer l’automne et l’hiver, je me suis demandée comment je pourrais contribuer aux nombreuses initiatives culturelles déjà existantes dans ce territoire sud-italien en faveur de la promotion et du développement du territoire.J’avais des grandes idées, je voulais imaginer des scénarios du futur du territoire avec les habitants, imaginer le futur de certains bâtiments avec eux. Mais j’étais une personne extérieure : d’une part, je ne savais pas par où commencer et d’autre part, j’avais peur de mettre beaucoup d’énergies dans quelque chose qui n’aurait pas de suite après mon départ, et qui susciterait peut-être l’espoir des participants puis la désillusion si cela n’aboutissait pas à quelque chose de concret.

J’ai découvert parmi les photos Facebook d’un architecte une série de fermes à l’abandon, qu’on appelle masserie, que j’observais moi aussi au bord des routes lors de mes déplacements. On a discuté et décidé de lancer une opération d’inventaire, histoire de mettre en ordre les photos accumulées et produire une connaissance un peu plus structurée. On a décidé de demander aussi l’aide des habitants de l’Irpinia, car on ne pouvait pas avoir une vue d’ensemble sur tout un département (la province d’Avellino est équivalente au département du Rhône en superficie) via les réseaux sociaux. J’étais contente, j’avais mon projet « collaboratif » et l’impression de faire quelque chose pour le territoire pendant mon séjour là-bas.

La page Facebook Masserie e Paesaggi d’Irpinia est née en novembre 2017 ; de cette manière, il était possible d’atteindre de nombreux habitants, de toutes parts du territoire, et leur demander de participer à notre projet. On a commencé à publier les photos dont on disposait, une à deux fois par semaine, en essayant si possible d’indiquer les coordonnées GPS. Au fur et à mesure, j’ai créé une carte via Google Maps. Pour les photos qu’on avait prises nous-mêmes, il était assez simple de retrouver, en quelques minutes, les coordonnées ; pour les photos nous étant envoyées par d’autres personnes, ou que l’on découvre sur le web, le nom vague d’un lieu-dit et l’observation du paysage derrière le bâtiment photographié sont parfois les seuls éléments dont on dispose pour essayer de comprendre où il se situe. Notre stock d’images s’épuisant, et n’ayant pas toujours le temps de partir explorer, nous relayons aussi les images de masserie que nous trouvons sur certaines pages ou comptes instagram comme Paesaggi Irpini ou Info Irpinia. Il faut dire que rares sont les personnes qui nous envoient des images spontanément, cela arrive une fois tous les deux ou trois mois en moyenne et nous avons nos fidèles partenaires !

La fameuse page Masserie e Paesaggi d’Irpinia, suivez-nous !

Juste après le lancement de la page Masserie e Paesaggi d’Irpinia, j’ai eu la chance de présenter le concept du projet à l’événement Arkeda à Naples, un salon du design et de l’architecture, qui a permis de faire connaître l’initiative certains professionnels présents. Cela m’a permis notamment de rencontrer un architecte d’Irpinia dont la famille possédait une masseria, et donc j’ai pu prendre rendez-vous avec lui, pour interroger ultérieurement sa famille sur l’histoire de la bâtisse (autour d’un bon repas !) et visiter les lieux.

En mars 2018, finalement déplacé à début avril pour cause de chutes de neige abondantes et imprévues, nous avons organisé une journée d’études sur le thème des masserie ! L’objectif : permettre la rencontre entre les acteurs intéressés par ce sujet et par leur réhabilitation possible, mettre en évidence les freins à la sauvegarde de ces édifices, et surtout, sortir voir de plus près quelques-uns des beaux spécimens en question. Une belle journée, pleine de belles énergies positives, avec la présence de quelques représentants de la Région Campanie, des membres de l’Ordre des Architectes et de la Surintendance aux Biens Architecturaux et Paysagers (qui sponsorisaient notre événement), et de nombreux acteurs locaux impliqués dans des projets de valorisation touristique et promotion du territoire. Des professeurs d’université et des étudiants ayant choisi l’Irpinia comme thèmes de leurs mémoires ou projets de fin d’études étaient aussi présents.

A la découverte de la Masseria Lo Parco, Frigento (AV) lors de la journée d’études, photographie d’Antonio Sena, avril 2018.

Je suis repartie dès le lendemain en France, en attendant de voir ce qui allait se passer ensuite.

En juin 2018, une des soirées festives de l’événement Cairano 7x est organisé dans l’une des masserie dont l’histoire avait été contée lors de la journée d’étude de mars 2018, et qui est depuis quelques années un agrotourisme. On peut considérer que la rencontre entre le propriétaire et des membres de l’association lors de la journée d’études est à l’origine de cet événement.

En août 2018, lors du festival Sponz Fest de Calitri, deux des concerts/performances artistiques proposés devaient se déroulés au Casone de Montevaccaro, une des masserie phares du territoire … mais le mauvais temps a conduit a déplacé l’événement en un autre lieu, quelques jours auparavant.

En mars 2019, l’Ordre des Architectes de la Province d’Avellino lance un projet de formation continue pour les architectes, formation aux nouveaux outils de relevés digitaux qui prévoit une application pratique de relevés des masserie du territoire. Au moment où je vous écris (octobre 2019), toutefois, les cours ne se sont pas encore tenus.

En mai 2019, le Touring Club (association dont fait partie l’architecte ayant mené l’initiative avec moi), a organisé une seconde journée de visites et séminaire, avec une plus large partie dédiée aux temps en extérieur.

“Ad un tiro di schioppo”, masserie reconvertie en agrotourisme, Calitri (AV), photographie d’Angelo Verderosa, juin 2018.

Bilan ? Un projet qui n’a pas changé la face du monde, si l’on peut dire, mais qui a permis de faire connaître et apprécier cet héritage culturel aux habitants du territoire, et donc contribuer à la redécouverte des ressources que possède l’Irpinia ! Reste à savoir comment les valoriser …

En savoir +
Envie d’aller explorer les masserie ? Découvrez la carte !

Articles de journaux
http://www.orticalab.it/L-Irpinia-non-ha-bisogno-di-un
http://www.orticalab.it/Giovani-architetti-a-lavoro-per

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.